google-site-verification: google56a9753d4b5924bb.html google-site-verification: google56a9753d4b5924bb.html

don't judge books

QUESTIONS/ REPONSES

 

 

3-Observations et questions générales sur la littérature

 

Quel impact ont pu avoir les différents courants littéraires sur l’évolution politique et morale des sociétés . ?

Je n’ai pas cherché à dénicher de thèses ou de statistiques sur ce point .

Je ne suis plus rat de bibliothèque , si jamais je l’ai été en tant qu’étudiant par la force du « système »

Ai-je dit au fait , ce qu’était un système ? …non ?

Chaque chose en son temps , la bible ne s’est pas écrite en une heure

Faut-il remonter jusque là pour essayer de répondre à la question posée ?

Je ne crois pas qu’un homme ait jamais pu recueillir la parole de dieu

Pour autant qu’une « force » ou une méga-énergie , ou enfin un système qui brasse depuis toujours les etoiles et les molécules du même moment , puisse s’exprimer en langage humain

En second lieu la bible - ainsi que tous les « dérivés » ne sauraient avoir une quelconque influence sur les P.O.S puisqu’ils renferment eux-mêmes des principes d’O.S.

Petite incise : j’ai l’air de traiter assez cavalièrement de problèmes jugés graves ou « importants «  pour des gens ayant la foi , je n’ai pas cette chance ou cette malchance et croyez bien que je respecte toutes les opinions , à commencer par les miennes

Fin des salamalecs :

 

Je crains qu’il ne faille laisser sur la table la question posée :

Par quelle littérature devrais-je commencer …bien qu’écrivant en français , je ne puis ignorer la suprématie actuelle de l’anglais dans presque tous les domaines , technique , economique , informatique …

A propos ! Je voudrais traduire cet ouvrage en américain , après sa parution en français mais en aurais-je le temps et l‘énergie ? Je lance un appel à toutes les bonnes volontés - féminines de préférence et au tarif syndical - pour ce faire

 

Une chose me parait à la fois sûre et digne d’être mentionnée : Les éditeurs ont régné sans partage durant cinq siecles ( au moins ) bien plus si cette engeance avait poussé avant l’industrialisation du livre . Ils sont donc les seuls comptables d’une évolution assez chaotique des mœurs ou des « systèmes » sociaux

Sous pretexte que les auteurs de livres ou de pamphlets ont toujours été des solitaires ils ont squatté tous les marchés des publications en Europe et Amérique , régnant , je le répète en maîtres absolus des lettres et des arts et des sciences et peut-être même de la politique , pour ce que j’en sais .

On le voit bien aujourd’hui que la démocratie en est à ses balbutiements ; les media ont pratiquement la main-mise sur la politique , qu’une idée , un mouvement soient ignorées

De la presse et ils sont morts-nés . Or du temps ou les media audio et video n’existaient pas les journaux naissaient souvent dans les maisons d’édition .

Sous cette immense réserve , on peut dire bien sûr : la littérature française a bien influencé

L’opinion française - d’aucuns diraient aussi europeenne à certaines époques - , donc elle a eu forcément un impact sur les décisions politiques à différents niveaux

Quant a determiner qui a décidé quoi et en quelles circonstances , j’avoue n’en voir ni la necessité ni la possibilité technique

Une toute petite remarque cependant sur une petite échelle de temps : J‘ai davantage apprécié la retenue aristocratique d‘un Balzac que le volontarisme quasi -militant d’un Zola

Il est vrai aussi que si Honoré de Balzac avait attendu de connaitre Karl Marx avant de mourir , ses idées auraient subi l’influence de ce dernier

Mais je vois que je m’embarque ici dans un immense nuage de poussière , Pascal n’a-t-il pas résumé la question des interactions sociales visibles ou occultes dans sa formule : Si le nez de Cléopâtre avait été plus court … « … » :

 

Plus intéressante me parait la question suivante : maintenant que les écrivains sont en passe de se libérer de la tutelle des éditeurs , comment pourront-ils ou elles influencer les acteurs de l’O.S. En d’autres termes ; quelle sera la place de l’intellectuel dans l’agora politique

 

La réponse est reportée en fin d’ouvrage , parcequ’elle risque de jeter une ombre plutôt inquietante sur l’avenir de la littérature

 

En attendant et charité bien ordonnée commençant par soi-même : je vais comparer les tendances actuelles (2013- 15 ) aux idées que j’ai exprimées dans plusieurs blogs dans les années 2000 , et plus tôt dans les années 1980

De fait ; C’est en 1981 que j’avais envoye le premier manuscrit des P.O.S à des éditeurs parisiens . Il est clair que je me faisais alors comme bon nombre d’auteurs , bon nombre d’illusions sur les circuits et les arcanes de la diffusion en masse .

 

Il faudrait s’il fallait répondre de manière collective , avoir une culture phénoménale pour esquisser un tableau des principaux courants littéraires de la fin du dernier millénaire

Il est pratiquement impossible à un physicien d’embrasser seulement l’orientation globale des différentes branches et sous-branches nées de la physique . Et pourtant je ne crois pas que le nombre ou le volume des publications y soit aussi important qu’il l’a été dans les sciences « sociales « 

Ceci risque de nuire gravement à la visibilité et la lisibilité des politiques dans le proche futur . A long terme la cause est entendue puisque tous les philosophes ont annoncé le déclin de l’Occident pour ce siècle . J’ai aussi parlé de déclin sans pouvoir préciser si l’on se trouvait au sommet , au milieu , ou tout en bas de la courbe

 

****

 

 

 

Deux remarques s’imposent si l’on tente de rapprocher les systèmes de gouvernement actuels dans les sociétés dites liberal-socialistes , de l’ideal de la S.M.C ;

Lequel idéal est basé lui, sur une hierarchie circulaire - par opposition a l’architecture pyramidale imposée par l’évolution des sociétés d’Europe et d’Amerique …et d’ailleurs

1- Un manque de coherence entre les buts généraux des gouvernements et les conditions particulières imposées par les lois du marché aux entreprises et aux individus . Cette incohérence peut être corrigée par une augmentation dans la population des individus animés

Du sens de l’intérêt général

 

2-Une deperdition considerable des énergies provoquée par les conflits d’intérêts . Ces conflits etant eux-mêmes la resultante de mauvaises interprétations des lois juridiques dus à l’absence de cohérence mentionnée dans la remarque 1 ci-avant

 

Ces deux remarques convergent sur les comportements dits de « chien politique «  ( la fable de La Fontaine ) le beaume de la main invisible de dieu selon une formule célèbre ne peut pas constituer un remède fiable en toutes circonstances .

 

Il semble qu’il n’y ait pas vraiment de solution au desequilibre entre l’intérêt général et la somme intégrale des intérêts individuels . On est donc condamné à errer éternellement entre deux poles tant que subsiste cette discontinuité entre le macrocosme et le microcosme socio-politique . On pourrait dire en conclusion que les conditions ne sont pas encore réunies pour l’application de la relativité généralisée à l’espace politique

 

Make a free website with emyspot.com - Report abuse